S'abonner à la newsletter

En 1 clic

Glissez pour défiler

Requalification de la friche Miroux, les prochaines étapes.

Le site de l’ancienne fonderie de bronze et fonte à Ferrière-la-Grande, acquis par l’EPF en 2008 va faire l’objet d’aménagements en vue de sa requalification.

Avec un démarrage en septembre 2016, les travaux prévoient tout d’abord la collecte des déchets divers non scellés (hors amiante) à l’extérieur comme à l’intérieur des bâtiments, le désamiantage et le curage des bâtiments à démolir. Les maisons n°3, 5 rue Jean-Jaures et 6 et 8 rue des écoles, seront démolies. En accord avec les riverains, la majorité des murs périphériques ou séparatifs seront remplacés par des clôtures respectant les prescriptions du PLU. Néanmoins, dans des cas particuliers, certains seront conservés. Les sources concentrées en pollution seront traitées.

L’intervention se poursuivra avec les travaux d’ouverture du ruisseau des Besaces : le retrait de la dalle de couverture, l’évacuation des gravats de démolition dans le lit du cours d’eau et sa mise en sécurité.

Finalement, le chantier se terminera par les travaux de comblement du puits de forage, la reconstitution du trottoir au droit des maisons rue Jean Jaurès, le terrassement et le nivellement du site, la protection des piézomètres, la clôture du site et la pose de portails après travaux ainsi que par un verdissement, type prairie naturelle, entretenue en gestion différenciée.

site friche miroux

Si son devenir n’est pas tout à fait connu, l’Agglo étudie la possibilité d’y créer une zone d’expansion de crue afin de diminuer le risque d’inondation, notamment sur les communes de Ferrière-la-Grande et Rousies.

Le site Miroux en quelques dates clés :

1887 : création et installation de la société (activité de chaudronnerie du bronze et de fabrication de matériel de brasserie) ;

1920 : développement d’une activité de fonderie de bronze et de fonte en parallèle des activités déjà réalisées sur site ;

1940 : début de fabrication de robinetteries industrielles ;

17 janvier 2002 : cessation d’activité et mise en liquidation judiciaire de la société MIROUX.

2009 : 1ère phase de travaux en  pour la mise en sécurité, la démolition et le désamiantage des superstructures des bâtiments, réalisés par l’EPF pour la commune.

Le coût du chantier est estimé à 1 400 000 € HT à la charge de l’EPF.