S'abonner à la newsletter

En 1 clic

Glissez pour défiler

Les risques de violences intra-familiales augmentent pendant le confinement

Alors que la France entière est confinée, le risque de violences intra-familiales est largement accru. Un numéro à retenir sur le territoire : La Maison de la famille à Maubeuge au 0652136577.

En effet, la situation exceptionnelle que nous vivons peut cacher des comportements abusifs et empêche les victimes de s’exprimer. Pourtant des solutions existent, le service parenthèse de la Maison de la famille reste joignable en télétravail. Si vous êtes confrontés à de la violence conjugale ou intrafamiliale ou que vous en êtes témoins en tant que membre de la famille, voisin… n’attendez pas pour demander de l’aide !

D’autres numéros existent comme :

  • Les Maisons de Justice et du Droit au 03 27 62 99 00 (informations juridiques)
  • Le numéro national Violence Femme Info 3919
  • Le numéro vert “écoute violences conjugales” au 0800 300 30 qui reste à l’écoute 24h sur 24 et 7 jours sur 7.

 

L’Agglo mobilisée aux côtés des victimes

Un dispositif d’aide est déployé depuis plusieurs années par l’Agglomération à savoir :

  • des permanences gratuites et confidentielles des Maisons de Justice et du Droit (MJD) : des juristes sont là pour accueillir et informer les victimes sur les démarches pouvant être engagées et le cas échant, sur la procédure judiciaire (dépôt de plainte, la constatation des violences, les poursuites, la constitution de partie civile, l’indemnisation…). Les MJD peuvent selon les besoins orienter les victimes vers des partenaires présents dans leurs locaux (ex : le service d’aide aux victimes de l’AJAR, l’avocat…), mais également vers d’autres structures locales pour une prise en charge globale (ex : assistante sociale, psychologue, bailleur…).
  • La mise en réseau, soutien technique et accompagnement financier des acteurs locaux œuvrant sur la thématique des Violences Intra-familales, de l’aide aux victimes et de l’accès au droit
  • L’ appel à projets propre au CISPD créé afin d’accompagner les partenaires associatifs proposant des actions novatrices pour le territoire, mobilisant chaque année une enveloppe de 20 000 €.

 

Si les violences intra-familiales mobilisent l’Agglo depuis longtemps, l’année 2019 a été marquée par un cycle de formation pour les professionnels venant renforcer le dispositif déjà en place :

La Communauté d’Agglomération Maubeuge-Val de Sambre s’est engagée dans un plan de lutte contre les violences avec le soutien financier de l’Etat et de la Région des Hauts-de-France, dans le cadre du Contrat de Ville. 6 journées de formation ont été proposées aux professionnels, avec les objectifs suivants :

  • Apporter aux acteurs de première ligne des outils de compréhension des violences intra familiales et renforcer leurs compétences sur la détection des cas et l’orientation adéquate ;
  • Favoriser l’interconnaissance entre les professionnels concernés par la problématique ;
  • Renforcer la visibilité des actions menées par les partenaires institutionnels et associatifs en matière d’accompagnement et d’aide aux victimes auprès des acteurs de proximité ;
  • Améliorer la sensibilisation des élus locaux.

 

Les engagements à venir

Après la cycle de qualification 2019, l’objectif sera notamment de permettre un accueil, une protection et une prise en charge des victimes la plus sécurisante possible et de limiter les risques de réitération ou de récidive des auteurs. Pour cela, les acteurs du territoire s’engageront au travers d’un contrat local contre les violences conjugales, sexistes et sexuelles.

Concrètement, cela permettra :

  • Le renforcement de la coordination des acteurs et professionnels concernés, en vue de favoriser une réponse de proximité au plus près des victimes de violences sexistes et sexuelles ;
  • Des outils et actions pour appuyer ce travail partenarial tels que : des formations régulières pour les professionnels, une sensibilisation des acteurs de terrain (péri scolaire, extra-scolaire, agents de prévention spécialisée, médiateurs, réseau périnatalité, assistantes maternelles, etc. ), de façon à agir le plus précocement possible et une amélioration des outils de communication en direction des publics concernés.