S'abonner à la newsletter

En 1 clic

Glissez pour défiler

Poursuite des travaux sur le cours d’eau de la Hante

Dans le cadre de sa compétence GEMAPI (Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations), l’Agglo réalise des missions d’aménagement du cours d’eau de la Hante, en étroite collaboration avec la Fédération du Nord pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique, et ce, dans le cadre d’une véritable stratégie de restauration de la continuité écologique, réalisée en concertation, afin d’être le plus efficace possible.

La Hante, un des plus beaux cours d’eau du département du Nord, est transfrontalier. En effet, il prend sa source en Belgique, traverse la France sur les communes de Bousignies-sur-Roc et Cousolre pour ensuite repartir en Belgique confluer avec la Sambre. Il accueille une population diversifiée de poissons d’eau douce dont l’Anguille Européenne, la Truite fario ou encore des mollusques comme la mulette épaisse, excellent indicateur de qualité de l’eau ; ce que confirme également la carte présentant l’état écologique des cours d’eau du bassin Artois-Picardie réalisée par l’Agence de l’Eau.

Certaines actions restent à mettre en œuvre pour conserver ce niveau. A savoir également que, dans le cadre de l’évaluation de ce cours d’eau à la candidature du label « Rivière Sauvage », elle s’est fortement rapprochée de la valeur minimum sans toutefois l’atteindre, la faute à certains facteurs déclassants dont la présence de barrages. Historiquement, la partie française de la Hante comptait 4 ouvrages. Une première action avait été réalisée en 2012 et 2013 visant à rendre transparent l’ouvrage de Reugnies. Il ne restait donc, en ce début d’année, que 3 ouvrages et 2 seront traités d’ici la fin 2020.  Après Bousignies-sur-Roc, c’est à Cousolre, et plus particulièrement au niveau du Moulin de Cataya, que s’installe ce nouveau chantier.

Il y a de nombreuses années, les rivières avaient été aménagées pour des raisons économiques. Ces activités, aujourd’hui disparues, les ouvrages hydrauliques n’ont plus d’utilité et sont des sources de désordres hydrauliques pouvant provoquer un risque en termes d’inondation ou encore renforcer le réchauffement des eaux douces. Ces ouvrages ont également un impact fort sur la diversité écologique de nos cours d’eau, à l’image des impacts des grandes routes qui peuvent couper un massif forestier en deux, les barrages ont un impact similaire sur les cours d’eau empêchant la circulation des espèces et des sédiments. Ils réduisent les accès aux zones de croissances et de reproduction pour les poissons et les autres espèces.

A noter tout de même que l’impact de ces travaux ne sera pas uniquement écologique, mais aussi économique et touristique. En effet, est évoquée la possibilité d’installation de gîtes de pêche, de mise en place d’un accueil touristique, du développement du loisirs vert, … autant de nouveaux atouts pour la Hante et les communes qu’elle traverse.

Les travaux prévus sont conséquents : démolition partielle de l’ouvrage, réalisation d’une brèche dans le seuil de l’ouvrage, réalisation d’un pont permettant le passage d’engins agricoles, aménagement du fond du lit en amont de l’ouvrage et apport de quelques blocs rocheux pour diversifier les écoulements. Sous maîtrise d’ouvrage de la Fédération du Nord pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique, ils débuteront courant octobre et devraient durer 1 mois, avec le soutien de l’Agence de l’eau Artois Picardie, de la région Hauts-de-France, ainsi que de la Communauté d’Agglomération Maubeuge-Val de Sambre, cofinanceurs du projet respectivement à hauteur de 70%, 24,55% et 5,45% pour un coût total s’élevant à 90 300 € TTC.