S'abonner à la newsletter

En 1 clic

Glissez pour défiler

PAPI, le Programme d’Actions de Prévention des Inondations, suit son cours

Qu’est-ce que le PAPI ?

Pour rappel, c’est un outil national résultant de la « Directive Inondation » européenne de 2007. Il aboutit à la réalisation d’actions locales réduisant les dommages causés par les inondations. L’échelle sur laquelle se base un PAPI est celle du bassin versant.

Le PAPI Sambre a été lancé officiellement le 9 septembre 2019. Le Parc de l’Avesnois est la structure porteuse du PAPI en partenariat avec l’Agglo et le SMAECEA (Syndicat Mixte d’Aménagement et d’Entretien des Cours d’Eau de l’Avesnois).

Un groupement de bureaux d’études a été missionné début 2020 pour réaliser une étude hydraulique sur tout le bassin versant de la Sambre.

Les objectifs de l’étude sont :
– d’améliorer la connaissance sur les aléas de débordement et de ruissellement
– de déterminer les enjeux exposés à ces aléas
– de proposer des préconisations, des aménagements à réaliser en vue de prévenir, limiter ou supprimer ces aléas.

Le premier travail du bureau d’études était de recueillir des données historiques sur le territoire. Afin d’affiner sa connaissance et d’identifier les enjeux du territoire, il a réalisé une visite de terrain les 26 et 27 janvier derniers.

Ces “journées terrains” ont été réalisées en présence du bureau d’études, du Parc, de l’État par le biais de la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer), dont le service de prévision des crues, et la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), ainsi que des acteurs gémapiens* du bassin versant de la Sambre.
La journée du 26 a été consacrée au territoire du SMAECEA et celle du 27 au territoire de l’Agglo.

Ces journées ont également été l’occasion pour les acteurs gémapiens de partager leur connaissance du territoire et de présenter les secteurs à enjeux soumis au risque inondation.

*GEMAPI : GEstion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations

Photo prise lors de la visite du 27 janvier à Rousies